La fille de Brooklyn de Guillaume Musso

Conseillé par ma libraire favorite, j'ai choisi ce livre un peu sans conviction. Et bien à peine commencé, je ne l'ai plus lâché. Ca m'a tenu en haleine jusqu'à la fin. J'avais lu avec bonheur les premiers livres de Guillaume Musso, puis j'ai été un  peu déçue au bout du quatrième (un peu lassée peut-être). Certes ce n'est pas de la grande littérature mais si vous voulez passer un bon moment, il est parfait. Naturellement il y a plein plein de rebondissements, pas trop de personnages (comme ça on n'est pas perdu et on ne se fatigue pas trop les neurones) et on voyage entre Paris et New-York. Je pense que ce qui m'a poussé à le prendre c'est que la quatrième de couverture le présentait un peu dans l'esprit du "secret du mari" de Liane Moriarty que j'avais bien aimé.

Résultat de recherche d'images pour "la fille de brooklyn"

Quatrième de couverture: "Je me souviens très bien de cet instant. Nous étions face à la mer. L’horizon scintillait. C’est là qu’Anna m’a demandé : « Si j’avais commis le pire, m’aimerais-tu malgré tout ? » Vous auriez répondu quoi, vous ? Anna était la femme de ma vie. Nous devions nous marier dans trois semaines. Bien sûr que je l’aimerais quoi qu’elle ait pu faire. Du moins, c’est ce que je croyais, mais elle a fouillé dans son sac d’une main fébrile, et m’a tendu une photo. – C’est moi qui ai fait ça. Abasourdi, j’ai contemplé son secret et j’ai su que nos vies venaient de basculer pour toujours. Sous le choc, je me suis levé et je suis parti sans un mot. Lorsque je suis revenu, il était trop tard : Anna avait disparu. Et depuis, je la cherche.   Intense et captivant, un cold case aussi addictif qu’une grande série télé.   Intrigue diabolique, personnages uniques et attachants, suspense de tous les instants : avec La fille de Brooklyn, Guillaume Musso signe l’un de ses romans les plus ambitieux et les plus réussis.   À propos de La fille de Brooklyn : « Un suspense insoutenable ! Attention, une fois le roman ouvert, vous ne le lâcherez plus jusqu’à savoir qui est vraiment cette fille de Brooklyn. Nuits blanches en perspective… "

Extrait choisi: " Chant des cigales. Berceuse du ressac. Légère brise diluant la moiteur soyeuse de l’air. Sur la terrasse qui s’avançait à flanc de rocher, tu avais allumé des bougies parfumées et des photophores censés éloigner les moustiques, j’avais mis un disque de Charlie Haden. Comme dans un roman de Fitzgerald, je m’étais installé derrière le comptoir du bar en plein air où je nous préparais un cocktail. Ton préféré : un Long Island Iced Tea avec beaucoup de glaçons et une rondelle de citron vert. Je t’avais rarement vue aussi enjouée. On aurait pu passer une bonne soirée. On aurait passer une bonne soirée. Mais à la place, je me suis enfermé dans une pensée obsessionnelle, une vieille antienne qui me trottait depuis quelque temps dans la tête, mais que j’avais contrôlée jusqu’alors : « Tu sais, Anna, il ne faut pas qu’on ait de secrets l’un pour l’autre. »"