La Publicité, une amie qui vous veut du bien... d'Alain Russon

Pendant mes vacances en Normandie, alors que j'étais en quête de cartes postales avec ma fille cadette, j'ai rencontré un auteur qui dédicaçait ses livres. Comme l'heure était plutôt à la sieste qu'à la dédicace, j'ai profité de l'occasion pour discuter avec l'écrivain. Après une échange sympathique et enrichissant, j'ai donc choisi un roman et un recueil de nouvelles. J'ai aussitôt commencé à lire le roman car j'étais curieuse de découvrir un nouvel univers. Le préambule m'a un peu décontenancée; j'ai même hésité à poursuivre ma lecture, car je ne m'attendais pas à ce style d'écriture. Heureusement que je n'ai pas abandonné car j'ai beaucoup aimé ce roman. Certains passages m'ont fait sourire, d'autres rire et d'autres m'ont fait réfléchir. Au fil des pages, on assiste impuissant à l'envoûtement de la famille Martin par l'image; l'image qui les fascine et les hypnotise; l'image qu'ils veulent donner d'eux. Cette critique de la société de consommation semble ne pas avoir d'issue mais arrive le dénouement: surprenant et fracassant. Bref si vous voulez regarder la publicité d'un oeil différent, lisez ce roman distrayant!

Quatrième de couverture: "Mariés, trois enfants et une télévision. Autant dire que les Martin ont tout de la famille ordinaire. Sandrine, la mère, est une femme actuelle. Après sa journée de travail et malgré sa fatigue, elle s'applique à ce que tous consomment les trois produits laitiers bons pour la vie. Philippe, le père, part chaque matin avec une image en tête : celle de la perfection au masculin. Kenza, dix-sept ans, est obsédée par la mode à petite taille. Thomas, quinze ans, recherche, chaîne après chaîne, son bonheur à tartiner. Quant à Nathan, le petit dernier... Bref, chez les Martin, les vies sont bien réglées. Ils vivent chaque jour sans se poser de questions. Personne ne se méfie de la télévision. Et pourtant…"

Extrait choisi: "Maman?

- Oui, Nathan?

- Le père Noël, tu crois qu'il pourra m'apporter une tablette Galaxia?

- Tu es trop jeune, Nathan.

- Ben non, Maman. A la télé, ils disent cinq ans. Ils disent aussi qu'elle est supersolide et qu'elle a deux appareils photo intégrés.

La mère de famille ne répond pas. Son attention est accaparée par une autre préoccupation:

- J'ai un contretemps pour dimanche, Philippe. Je ne pourrai pas être avec vous. Je travaille jusqu'à treize heures.

- Ce n'est pas ça qui était ptévu.

- Je n'ai pas le choix.

- Mais nous devons rendre visite à mon frère.

- Je sais. Je vous rejoindrai après.

L'époux ne dit rien. Il se contente de regarder sa femme.

- Maman?

- Oui, Thomas?

- Si le père Noël apporte sa Galaxia à Nathan. Tu crois qu'il pourrait m'apporter l'Iphane 12? C'est celui qu'est superplat.

- Celui qu'on voit à la publicité. Mais ce n'est pas le modèle le plus cher?

- Peut-être. Mais à chaque fois que je vais à l'école, on me demande: t'as pas encore l'Iphane 12? Tout le monde l'a!

Sandrine ne réagit pas. Un violent coup de fatigue vient de s'abattre sur elle.

A la télévision, le programme de vingt heures quarante-cinq débute avec un quart d'heure de retard habituel. La femme jette un coup d'oeil à la série diffusée ce soir sur la première chaine privée française. Elle y voit un couple prenant du bon temps dans un pays où soleil et chaleur sont omniprésents.

Une envie de partir naît en elle."