La vie est facile, ne t'inquiète pas de Agnès Martin-Lugand

Ce livre est la suite des gens heureux lisent et boivent du café. J'étais toute contente de l'emprunter à la bibliothèque et j'étais super pressée de le lire. En effet, j'avais bien aimé le premier roman et j'avais trouvé la fin un peu rapide et je mourais d'envie de connaitre la suite. Je devais avoir un peu trop d'attentes, car j'ai été assez déçue par ce roman. La fin est vraiment cousue de fil blanc et je n'ai pas retrouvé l'ambiance et la spontanéité du précédent roman. J'ai trouvé que les enchainements de situations étaient convenus et prévisibles. Ca reste un livre sympa mais sans plus.

La vie est facile ne t’inquiète pas

Quatrième de couverture: "Depuis son retour d'Irlande, Diane a tourné la page sur son histoire tumultueuse avec Edward, bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l'aide de son ami Félix, elle s'est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire. C'est là, aux Gens..., son havre de paix, qu'elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné et surtout il comprend son refus d'être mère à nouveau. Car Diane sait qu'elle ne se remettra jamais de la perte de sa fille.

Pourtant, un événement inattendu va venir tout bouleverser : les certitudes de Diane quant à ses choix, pour lesquels elle a tant bataillé, vont s'effondrer les unes après les autres.

Aura-t-elle le courage d'accepter un autre chemin ?"

Extrait choisi: "En cette fin de journée ensoleillée, adossée à la devanture, je fumais une cigarette sur le trottoir quand un client pointa le bout de son nez. Je lui jetai un coup d'oeil - il ne me disait rien, Félix pouvait se charger de l'accueillir. Lorsque je retournai à mon poste, mon associé bayait aux corneilles derrière le comptoir et le client semblait désemparé face aux livres et à leur classement fantaisiste. Je m'avançai vers lui.

- Bonjour, je peux vous aider?

il se tourna vers moi et marqua un temps d'arrêt. j'esquissai un vague sourire.

- Euh... bonjour... je crois que j'ai trouvé ce qu'il me fallait, m'annonça-t-il en prenant un bouquin au hasard. Mais....

- Oui?

- Vous servez encore?

- Bien sûr!

- Je vais prendre une bière."